top of page
Gichin Funakoshi skifb skif belgium karaté belgique cours de karaté

Bien qu'il soit largement reconnu que le karaté-do s'est développé à partir de systèmes de combat originaires de Chine, il existe peu de documents permettant de vérifier le processus exact dans lequel cela s'est produit. En 1392, plus de 500 Chinois ont migré du sud de la Chine vers Okinawa, et ont établi une communauté dans la région connue sous le nom de Kume. Ils ont introduit la culture chinoise dans le peuple Ryūkyū, et on pense qu'un certain nombre de pratiquants chinois du combat à mains nues faisaient également partie de cette communauté.

Bien plus tard, vers 1756, l'envoyé militaire de la dynastie Qing, Kushanku, un expert de l'art martial du Ch'uan Fa, l'a introduit à Okinawa.

Lorsque Shimazu Iehisa, du clan Satsuma, a envahi les îles en 1609, toutes les armes ont été confisquées aux habitants. Ryukyu (Okinawa) était toujours autorisée à maintenir sa relation tributaire avec la Chine, mais l'interdiction des armes a été strictement appliquée pendant les 250 années suivantes. L'entraînement au combat à mains nues s'est déroulé en secret tandis que les autorités de Satsuma intensifiaient leur politique de désarmement et de contrôle des Ryukyuans.

Il existe de nombreuses théories sur l'origine du terme "karaté". Il n'est pas clair qui a été le premier à utiliser le mot et quand. Cependant, l'ancien système de combat Ryukyu était à l'origine appelé "te", et l'hypothèse standard est que "kara-te" fait référence aux techniques martiales apprises de la Chine. (kara = Chine)

Quoi qu'il en soit, il est clair que le karaté a évolué à Okinawa sous une influence chinoise considérable. Au fil du temps, les techniques autrefois secrètes se sont répandues dans tout Okinawa. En 1905, Itosu Anko a introduit le karaté dans le programme scolaire d'Okinawa.

Le karaté a été vu pour la première fois sur le continent japonais en 1916-1917, lorsque l'instituteur d'Okinawa Gichin Funakoshi a fait une démonstration publique au Butokuden de Kyoto. En 1922, le ministère de l'Éducation a organisé la première exposition d'éducation physique à Tokyo, à laquelle Funakoshi fut invité à faire la démonstration du Kushanku-no-kata. Kano Jigoro, le fondateur du Judo, a même demandé à Funakoshi de montrer des kata et des kumite aux membres de l'Institut de Judo Kodokan. Funakoshi est resté à Tokyo pour enseigner le karaté à partir de ce moment-là.

Outre Funakoshi, d'autres karatékas sont venus au Japon continental. Ces maîtres ont créé plus de 100 écoles de karaté différentes, tant à Okinawa que sur le continent.

Parmi elles, le Shotokan, le Shito-ryu, le Goju-ryu et le Wado-ryu sont les plus prospères en termes de nombre d'élèves et sont appelées les "quatre grandes" écoles de Karaté-do.

Les clubs universitaires ont été à l'avant-garde de la popularisation du karaté au Japon continental. Le potentiel éducatif du karaté a été rapidement reconnu, et sa désignation a été changée en "karate-do" pour souligner son éducation morale, et son potentiel en tant que moyen de perfectionnement de soi. (kara = vide)

Dès le début des années 1950, plusieurs groupes de karaté ont commencé à expérimenter les matchs de style libre dans un format de compétition. En 1957, l'Association japonaise de karaté a organisé le premier "Championnat du Japon" officiel. M. Kanazawa Hirokazu a remporté la première place en kumite.

Dès le début des années 1960, la plupart des organisations de karaté ont dépêché des instructeurs dans le monde entier. M. Kanazawa Hirokazu a d'abord été envoyé à Hawaï, puis en Europe, pour enseigner le "Shotokan karaté".

Hirokazu Kanazawa skif skifb skif belgium karaté belgique cours de karaté
bottom of page